Les Champions
bourgeois calais 01Les Champions est un groupe de rock français, créé par Eddie Barclay qui fut populaire dans la première moitié des années 1960. Le groupe fut créé pour gêner Les Chats Sauvages qui montaient très haut dans les Hits Parades par rapport aux Chaussettes Noires qui avaient été le premier groupe français.... Il était formé à l'origine de Jean-Claude Chane (chant), Claude Ciari (guitare solo), Alain Santamaria (guitare d'accompagnement), Benoît Kaufman (guitare basse) et Willy Lewis (batterie) ancien batteur débauché des Chats Sauvages par Eddie Barclay. Ce dernier a été remplacé ensuite par Yvon Ouazana. Claude Ciari quitte le groupe début 1964 pour faire une carrière solo (il vit actuellement au Japon) et est remplacé par Jean-Louis Licart. Yvon Ouazana fait de même courant 64 pour rejoindre l'orchestre de Claude François. Le groupe poursuit sa carrière jusqu'à la fin de l'année 64 ; en formule vocal, il est alors composé de Tony Harvey (ex-Plays Boys) à la guitare solo, Alain Santamaria à la guitare rythmique, Benoit Kaufman à la basse et André Ceccarelli (ex-Chats Sauvages) à la batterie. Leur titre de gloire est d'avoir accompagné le rockeur américain Gene Vincent notamment lors de son passage au Théâtre de l'Etoile à Paris fin 1962 et au Palais des sports de Paris en 1963. Claude Ciari explore beaucoup de genre musical dans ses albums, allant du rock, au country, à la musique latine en passant par la musique polynésienne. De ses 50 albums, nous pouvons citer : - « Hush a bye » (1964), « La playa » (juin 1964) qui propulsa sa carrière, « Down town » (1964), « Sirinata Ajaccina » (1965), « La danse de Zorba » (1965), « The tiger and the snake » (1965), « The ballad of Cat Ballou » (décembre 1965), « Miguel » (mars 1966), « Petit oiseau, reviens ! » (1966), « Lydia », « Mexican guitar », « Sunshine », « El Christo del oceano », « Like before », « Aria » vers les années 70. Ils étaient équipés et jouaient sur des guitares et amplificateurs « Gibson Guitar Corporation ». Claude Ciari figure sur la « photo du siècle » regroupant 46 vedettes françaises du "yéyé" en avril 1966. Le 20 juin 2004 à l'Olympia de Paris, lors du concert "les Pionniers du Rock Français - Le retour !", les Champions se reforment, dans leur formation presque originelle, avec Claude Ciari, Alain Santamaria aux guitares et Willy Lewis à la batterie.

Long Chris et les Daltons
bourgeois calais 01En juillet 1960, suite à l’énorme succès de son  ami  Johnny  Hallyday,  Long  Chris (Christian Blondieau, né le 26 janvier 1942 à Paris), fan éperdu de rock’n’roll, rêve d’enregistrer des succès de ses idoles Elvis Presley et Gene  Vincent.  En  août,  avec  Eddy  Mitchell (Claude Moine), Chris se produit aux terrasses des cafés de Royan pendant l’été, mettant au point un répertoire rock inspiré de Gene (pour le premier) et d’Elvis (pour le second). En février, Long Chris devient le chanteur des Daltons, aux côtés de Jean-Pierre Peter Bordi (gui tare solo), Gérard Wimpy François (guitare rythmique), Richard Rick Muller (basse) et Claude Jimmy Hampell (batterie). Ils publient leur premier disque chez Pacific avec les reprises « Hello Josephine » (« My Girl Josephine » de Fats Domino), « Beau Blond Bébé » (« Big Blond’ Baby » de Jerry Lee Lewis) et « Monsieur Pas D’Chance » (« Mr. Loneliness » de Gene Vincent), plus l’instrumental « Dalton City » signé Peter Bordi pour la Grande nuit masquée du Golf Drouot. Ces quatre titres seront repris sur un rare 25 cm partagé avec Eddie Van Kay. Le 6 avril ils effectuent leurs débuts sur le tremplin du Golf Drouot pour l’élection de Miss Twist 62, confirmant le lancement de leur premier super 45 tours, « Monsieur Pas D’Chance ». En juin, Long Chris & Les Daltons présentent leur deuxième EP, « Ma Verte Prairie » (« Evergreen Tree » de Cliff Richard), alors que le groupe a signé chez Philips, encouragé par Johnny, le meilleur ami de Chris. Ce EP offre trois autres morceaux excitants, « Qui Te Le Dira » (« I’m Gonna Get You » également de Cliff, aussi au répertoire d’El Toro & Les Cyclones et des Vautours), « Si Tu Crois » (« Hot Dollar » de Gene Vincent) et « Tu Peux Faire Ça Pour Moi » (« Tryin’ To Get To You » d’Elvis Presley). Les Daltons ont aussi les honneurs du numéro de juin de Music-Hall, avec les Copains en couverture, dont ils sont les vedettes du roman-photo La Prédiction ! Il sera aussi le premier à traduire Bob Dylan en Français. Le rock’n roll à la française a encore de beaux restes avec Long Chris. Celui-ci a d’ailleurs écrit pas moins de 41 textes pour son ami Johnny (Long Chris est le père d’Adeline Blondieau), dont le connu Gabrielle, Je suis né dans la rue...

Les Vautours
bourgeois calais 01Les Vautours est un groupe de rock 'n' roll français, issu de Créteil en banlieue parisienne, qui arrive sur le marché du disque en août 1961. À cette époque, quatre groupes émergent sur le marché français du rock : Les Chaussettes Noires, Les Chats Sauvages, Les Pirates (groupe) et Les Vautours. Les Vautours font leur apparition après les Chaussettes Noires et Les Chats Sauvages et avant Les Pirates en occupant la quatrième place. Vic Laurens est le chanteur, Pierre (Pensy) Klein guitare solo, Ange, batteur et Christian, bassiste. Leur premier disque comprend quatre titres dont un morceau instrumental foudroyant intitulé Vautours qui devient leur morceau d'entrée sur scène. Ensuite une ballade intitulée « Claudine ». Les deux autres titres sont des adaptations de rock américain, « Betty et Jenny » et « Tu Me Donnes », reprise du « Rocky Road Blues » de Gene Vincent. Parmi quelques-unes de leurs réussites, citons encore « Le Jour de l'amour » (un original), « Mon amour est trop grand » (autre original signé Pierre Saka et Jean-Pierre Bourtayre), leur tube, « Le Coup du charme » (reprise de « Good Luck Charm », d'Elvis Presley). Citons aussi le tube « Hey Petite Angèle », « Tu Peins Ton Visage » et des blues comme « Ne Me Dis Pas Non » et « Permettez-Moi ». Un an et demi après leurs débuts, c'est la fin des Vautours, avec un dernier disque intitulé Vic Laurens avec les Vautours, un disque de transition pour le chanteur qui s'apprête à entamer une carrière solo. Avril 1963, Vic est sollicité par Philips et signe un contrat sous le label Mercury. Son premier disque a un succès retentissant, et lui vaut la première de couverture de Salut les copains. Les chansons Je ne peux pas t'oublier, Quand je te suis des yeux, Pour toi, Sans vous je suis fou, C'est la vie ont également été des tubes à leur sortie et vont faire d'excellentes ventes. En août - septembre 1963, Vic Laurens est engagé par Jean Becker pour tourner dans le court-métrage Berthe et Blanche aux côtés de Gaby Morlay. Le 23 février 1965, Vic Laurens partage la scène de l'Olympia avec The Kinks et Johnny Rivers. À 70 ans, Vic Laurens, n'a pas encore raccroché sa guitare et prend toujours plaisir à chanter.

Retgour...